Vers sa destinée

0 Flares 0 Flares ×

DE JOHN FORD

 ”Efe Turner: Ain’t you goin’ back, Abe?
Abe Lincoln: [as the "Battle Hymn of the Republic" begins playing softly in the background] No, I think I might go on a piece… maybe to the top of that hill.”

Synopsis : New Salem, Illinois, 1832. A la mort de son amour de jeunesse, le jeune Abraham Lincoln quitte sa ville natale pour étudier le droit.

Attention vous entrez dans la zone spoiler.

Quelques années plus tard, il devient avocat dans une petite ville rurale de l’Illinois, Springfield et s’engage en politique. Un soir, lors de la fête de l’Indépendance, un homme est assassiné. Deux frères sont accusés du meurtre. Lincoln les sauve de la lapidation. Au cours de leur procès, il parvient à les innocenter, en démontrant la culpabilité d’un ami de la victime. Sa victoire lui confère une large notoriété politique. Il est prêt à affronter de nouveaux défis.

Saisir la naissance d’un mythe, telle est ici l’ambition de John Ford. Ce n’est pas la figure distante et imposante du grand homme qui l’intéresse. C’est l’homme qu’il était avant de devenir un mythe. L’homme qui par gaucherie refuse de danser avec la femme qu’il aime, qui résout nonchalamment et avec bon sens, une affaire judiciaire opposant deux fermiers et qui n’hésite pas à ridiculiser avec humour le témoin d’un procès. Ford s’intéresse à Abe (diminutif d’Abraham) et non pas à Lincoln. C’est avec simplicité qu’il entend montrer l’humanité du futur président, déjà pourvu d’un sens aigu de la justice et d’un grand talent oratoire. Cette simplicité dans le traitement de Lincoln fait d’autant mieux ressortir ses qualités humaines, sa modestie et son intérêt pour le bien-être de ses prochains, en particulier des déshérités et des victimes d’injustice. Dans sa normalité, il a déjà quelque chose d’extraordinaire. Avant même d’endosser les habits solennels et imposants de président, Abe se distingue des autres hommes par sa droiture, son éthique et sa taille ! Il les surplombe déjà.

Il n’est guère étonnant que John Ford se soit intéressé aux débuts de cette figure marquante de l’histoire américaine. Lincoln est un archétype de héros du quotidien si cher au cinéaste. A la manière d’un Frank Capra qui en cernant les petits traits de caractère des gens du commun, révèle leur humanité, Ford saisit l’humanité du futur président, débarrassé des fioritures de sa célèbre destinée. Il nous révèle l’intimité de l’homme. Henri Fonda livre une brillante interprétation de Lincoln. Méconnaissable, il lui donne une grandeur dans sa normalité et parvient admirablement à faire coexister sa force de conviction avec une légèreté humaine émouvante. Les joues creuses, les jambes croisées étendues sur un tonneau, il nous dévoile un Lincoln authentique, donnant vie au personnage lointain des livres d’histoire.

Au-delà de la figure mythique du président, c’est du mythe américain dont il est question. En revenant sur les débuts de Lincoln, Ford revient sur la naissance difficile des Etats-Unis. Dans un climat de violence, la justice peine à s’imposer face aux réactions primitives de la foule. Lincoln est judicieusement montré comme celui qui participe à la naissance de la civilisation américaine, en s’opposant à une lapidation et en insufflant le sens de la justice (ce procès, connu sous le nom de l’affaire William « Duff » Armstrong, intervient en réalité plus tard dans la carrière de Lincoln, en 1858). Ford brosse également le portrait de l’Amérique rurale, digne et honorable. Il semble ainsi montrer que la grandeur de l’Amérique provient également de ses racines rurales, dont est issu Lincoln. Grandeur de l’Amérique et surtout grandeur de sa démocratie. Le film sort en 1939, alors que le monde s’apprête à entrer en guerre. En brossant le portrait d’un des fondateurs de la démocratie américaine, Ford rappelle la valeur de la démocratie, mise en danger par l’émergence et l’agressivité des totalitarismes. A travers la démocratie, c’est l’humanité qu’il s’agit de défendre.

Titre original : Young Mr Lincoln. Réalisation : John Ford. Acteurs principaux : Henry Fonda (Abraham Lincoln), Alice Brady (Abigail Clay), Majorie Weaver (Mary Todd), Ward Bond (John Palmer Cass), Pauline Moore (Anne Rutledge), Donald Meek (John Felder), Richard Cromwell (Matt Clay). Scénario : L. Trotti. Musique : A. Newman. Pays d’origine : Etats-Unis. Date de sortie : 1939. Durée : 101 mn (1h41).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>