La cible vivante

0 Flares 0 Flares ×

D’Anthony Mann

Synopsis : Le grand Flamarion, tireur hors pair, monte sur scène chaque soir dans un spectacle où il démontre son agilité en jouant avec des cibles vivantes, Laura et Alex. Mariée à Alex, Laura rêve de refaire sa vie avec un acrobate. Pour parvenir à ses fins, elle séduit Flamarion et le persuade de tuer son mari…

Attention vous entrez dans la zone spoiler.

Après le meurtre, alors qu’elle s’est enfuie, il comprend qu’il a été piégé. Dans un esprit de vengeance implacable, Flamarion part à la recherche de Laura. Après avoir perdu argent et dignité dans cette interminable quête, il finit par la retrouver en Amérique du sud, mariée à son acrobate. Lors d’une ultime confrontation, elle le blesse mortellement tandis qu’il l’étrangle. Ils meurent tous deux.

Ce film a un mérite : mettre en évidence le talent d’A. Hitchcock. Devant l’absence totale de suspens et même de surprise quant au déroulement de l’intrigue, on ne peut qu’être frappé, par comparaison avec le maître anglais, de la piètre qualité du film. Les personnages sont fades et d’une banalité affligeante. Ils sont tellement déplaisants qu’on est plutôt satisfait qu’ils s’entretuent. Erich Von Stroheim semble prisonnier tout au long du film de la même expression faciale. S’il s’était agi d’une publicité pour les robots, il aurait été excellent. Et Mary Beth Hugues surjoue sans convaincre de son irrésistible pouvoir de séduction. La réalisation ne présente aucun intérêt, pas plus que l’histoire, qui est ennuyeuse tant elle est prévisible. Le film aurait pu avoir une qualité si au moins s’en dégageait une description intéressante de la société ou une analyse fine des personnages. Mais ici, il n’est question que de stéréotypes du film noir qui manquent cruellement de profondeur. A voir pour les fans inconditionnels d’Erich Stroheim et encore.

Titre original : The Great Flamarion. Réalisation : Anthony Mann. Acteurs principaux : Erich von Stroheim (Flamarion), Mary Beth Hughes (Laura), Dan Duryea (Alex). Scénario : Heinz Herald, d’après Vicki Baum. Pays d’origine : Etats-Unis. Date de sortie : 1945. Durée : 78mn (1h18).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>