Archives pour la catégorie Bergman

L’Heure du loup

 D’INGMAR BERGMAN

L’ARTISTE DEVORE PAR LA SOCIETE

vargtimmen[1]

« Les anciens l’appelaient l’heure du loup. Celle où meurent la plupart des gens, où naissent la plupart des enfants. A présent, c’est celle de nos cauchemars. »

Synopsis : Une femme se remémore son défunt mari, un peintre torturé par des cauchemars qui ont progressivement contaminé sa vision du réel au point de le rendre fou.

Lire la suite

Les Communiants

D’INGMAR BERGMAN

L’HOMME FACE AU SILENCE DE DIEU

Affiche Les Communiants

 « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

SynopsisThomas, pasteur d’une petite communauté, a perdu la foi. La répétition des mêmes gestes et des mêmes paroles, au cours de la communion distribuée aux rares fidèles, peine à masquer son manque de conviction. Et lorsqu’un homme vient le trouver pour surmonter son angoisse existentielle, il échoue à le réconforter.

Lire la suite

A travers le miroir

D’INGMAR BERGMAN

LA FOLIE CONTRE LE SILENCE

Belle affiche US

 « J’ai eu peur. La porte s’ouvrit. Mais le dieu qui apparut était une araignée. »

Synopsis : A sa sortie d’un hôpital psychiatrique, Karin passe ses vacances sur une île en compagnie de son jeune frère, Mino et de son mari, Martin. La visite de leur père David va entraîner Karin dans une crise profonde, irrémédiable….

Lire la suite

Au seuil de la vie

D’INGMAR BERGMAN

 « Jamais je n’ai été si proche de la vie. Mais la vie m’a glissé entre les doigts. » (Cecilia)

Synopsis : Dans la maternité d’un hôpital suédois, trois femmes partagent une chambre. Cecilia, malheureuse dans son mariage, vient de faire une fausse couche. Hjördis, une fille-mère délaissée par son amant, est soignée après avoir tenté d’avorter. Stina, heureuse en mariage, attend avec joie l’arrivée de son bébé. A travers l’expérience de la maternité, chacune va expérimenter la dureté de la vie et s’interroger sur le sens de son existence.

  Lire la suite

Persona

DE Ingmar Bergman

“I understand, all right. The hopeless dream of being – not seeming, but being. (…) The gulf between what you are with others and what you are alone. The vertigo and the constant hunger to be exposed, to be seen through, perhaps even wiped out. Every inflection and every gesture a lie, every smile a grimace. Suicide? No, too vulgar. But you can refuse to move, refuse to talk, so that you don’t have to lie. You can shut yourself in. Then you needn’t play any parts or make wrong gestures.” (The doctor)

Synopsis : Les relations d’une actrice soudain frappée de mutisme et de son infirmière bavarde.

Lire la suite